Angel_Dominique-Pièce_supplémentaire_2

Chloé Chéronnet

La Calade, février 2019, 12900m2
poudre pour cordeau traceur, colle aérosol,
vernis, plaque de plâtre, boulons

Née en 1992 à Bruges
Vit et travaille à Marseille

Diplômée d'un DNAP à l'ESAD de Pau en 2014, d'un DNSEP à l'ESBA d'Angers en 2016 et d'un DE - Production et régie des oeuvres et des expositions à l'ESBAN de Nîmes en 2020.

Chloé Chéronnet travaille à partir de résidus industriels glanés dans des zones en périphérie des villes, des zones industrielles à l’abandon, dont l’état oscille entre réhabilitation et destruction imminente. Par la destruction des formes évoquant ce processus, elle conçoit des installations in situ et mouvantes qui dépendent fondamentalement de leur environnement. Il s’agit alors pour elle de "construire à l’état de ruine", d’imaginer de possibles projections d’architectures entropiques où ses sculptures peuvent devenir de probables maquettes futuristes et où les matériaux mutent en éléments de décors de paysages artificiels.

"Le geste de destruction à l’œuvre dans mes pièces devient un acte de production. Il s’agit de prélever des traces lors d’explorations de territoires altérés par une économie d’exploitation et ainsi rendre sensible le chaos inhérent à ce système. Inventer de nouveaux modèles d’espaces tridimensionnels à partir de ces matériaux choisis pour leurs capacités à être assemblés. Le spectateur est alors invité à entrer dans un collage où sont mis à mal les apriori qu’on porte aux choses afin de mieux renverser les notions de valeurs qui leurs sont associées."

POUR ALLER PLUS LOIN

1908-Ford-Model-T.jpg
Locus solus
Exposition collective
27 mai - 16 juillet 2022
Vdchrnqs · Marseille
1908-Ford-Model-T.jpg
1908-Ford-Model-T.jpg