press to zoom

press to zoom
1/1

[projection]

Pièce supplémentaire projection

15 juin 2006

cinéma le Miroir, Vieille Charité

RESSOURCES

Carton de l'évènement

POUR ALLER PLUS LOIN

Hetzel_Suzanne-Résidence-La-Compagnie-2021-De printemps en printemps-février-Abdellah1.j
Dominique Angel
Couderc-Thomas.jpg

Le travail vidéo de Dominique Angel s'inscrit dans le cadre d'une démarche plus vaste qui déborde de la seule utilisation de cet outil. Elle comprend aussi la photographie, la performance, l'écriture et surtout la sculpture, pratique fondatrice de l'ensemble de son œuvre, autour de laquelle les autres tournent, un peu comme des satellites dont la trajectoire est tout de même assez instable. Au point qu'ils laissent à leur tour des traces dans le matériau sculptural.
Difficile donc de résumer ce travail touffu et complexe, de s'en faire une idée claire sans risquer d'être réducteur ou simpliste. Comme dans le cinéma burlesque, celui de Chaplin ou Keaton par exemple, le caractère cocasse ou absurde des "objets" réalisés, de prime abord séduisants, est très vite contrarié par la réalité et les drames qu'ils sous-tendent.
Les noms qu'ils portent ne nous éclairent pas beaucoup plus puisqu'ils sont tous affublés du titre générique : Pièce supplémentaire. Sauf si on le considère aussi comme un intitulé manifeste. Chacune serait donc le fragment d'une "œuvre totale", confirmant ainsi l'engagement revendiqué par l'artiste sur les plans politique, intellectuel et artistique, dans la tradition des utopies véhiculées par les avant-gardes_
Depuis quelques années pourtant, certains pans périphériques du travail de Dominique Angel ne semblent plus se satisfaire de leur statut initial. Cette tendance autonomiste est surtout perceptible dans le domaine romanesque, mais aussi vidéographique. Il nous fallait donc revenir sur le parcours vidéo de l'artiste, originellement marqué par la pratique de l'autofilmage dont il a su éviter les effets de style qui l'ont progressivement encombrée, et aujourd'hui nourri d'emprunts opportuns aux registres de la fiction et du documentaire.
Vidéochroniques, qui entretient une relation privilégiée avec cet artiste depuis de nombreuses années, a coproduit certaines de ses vidéos et coédité deux de ses romans (La Beauté moderne, 1994 ; L'élevage de poussière, 2003).