press to zoom

press to zoom
1/1

[projection]

La maison 2/3

Du 5 novembre au 16 décembre 2003

cinéma le Miroir, Vieille Charité

RESSOURCES

Carton de l'évènement

POUR ALLER PLUS LOIN

Hetzel_Suzanne-Résidence-La-Compagnie-2021-De printemps en printemps-février-Abdellah1.j
Couderc-Thomas.jpg

Pour ce deuxième volet, la maison s'aventure sur tous les terrains du cinéma : fiction, documentaire, film d'artiste. Novembre est le mois du documentaire : une large place sera faite au regard porté par les "cinéastes du réel" sur les lieux de nos difficiles habitations.
Au hasard des rencontres se dessinent de nouvelles architectures. Le centre commercial modèle américain, paradis de la consommation (The Store, Frederik Wiseman), voisine avec son avatar "désolé" des quartiers Nord (Grand Littoral, Valérie Jouve).
A dix-huit ans d'intervalle, Amos Gitaï filme deux fois la même maison de Jérusalem : sur ses murs, autour d'elle, l'histoire a passé, imprimé sa marque (Baït et Une maison à Jérusalem). Entre le film de Jean Epstein (1927) et celui de Roger Corman (1961), la maison Usher ne chute pas de la même manière.
Quel rapport entre les maisons trouées, découpées de Gordon Matta-Clark et La Maison démontable de Buster Keaton ? Peut-être cette phrase de Godard : "J'ai longtemps pensé que le cinéma était l"endroit où l'on pouvait plus facilement qu'ailleurs changer les choses, changer les meubles de place dans la maison
ou même reconstruire la maison autrement."
Maison, lieu des possibles, des réaménagements infinis.
D'autres maisons offrent peu d' échappées : on ira de cellule en cellule, de celle de Genet (Un chant d'amour) à celle de Bresson (Un condamné à mort s'est échappé), en passant par l'asile de Wiseman (Titicut Follies). Un pensionnat de jeunes filles peut aussi devenir la plus vicieuse des prisons (Les Proies, Don Siegel).
Que l'on y rêve ou que l'on y croupisse, que l'on y tombe amoureux d'un fantôme (L'aventure de Mme Muir) ou que l'on y répète des crmes du passé (Sluning), toutes les maisons sont hantées au cinéma. Tous les murs sont des écrans sur lesquels un cerveau mécanique projette nos souvenirs, nos rêves, nos révoltes et nos peurs.

Cyril Neyrat, Vertigo